9   LE MERCURE ROUGE ET AUTRES PRODUITS

Les délires de production du plan, ainsi que les développements présupposés de la science génèrent ensemble un contexte qui crédibilise des propositions étonnantes.

- Nous avons du venin d'abeilles à vendre, pouvez-vous nous trouver un client ?

Après un tour du marché, je me rends bien vite compte du problème :

- Oui nous achetons du venin d'abeille pour faire des médicaments rentrant dans des traitements hypo allergiques.

Le venin d'abeille est un produit excessivement toxique et l'importation de ce produit est soumise à autorisation préalable du Ministère de la Santé.

- Nous en achetons environ cinquante grammes par an, combien en avez-vous à vendre ?

- Trois kilos.

Mais en URSS que faisaient-ils du venin d'abeille ? Peut-être y a-t-il des applications intéressantes nouvelles ? Un marché potentiel inexploité !

Personne ne sait, aucune réponse. Combien d'abeilles a-t-il fallu traiter pour obtenir trois kilos de résidu sec ?

* * *

J'ai entendu parler pour la première fois du mercure rouge en 1986, en plein début de pérestroïka.

- Voulez-vous acheter du mercure rouge ?

- Qu'est-ce que c'est que cela ?

- Et bien du mercure rouge, vous êtes ingénieur et vous ne connaissez pas ce produit ! Voici la spécification :

Suit une fiche technique où apparaissent des informations assez incroyables :

Le produit se présenterait sous la forme d'un liquide rouge cerise.

Densité 20,20([1]), ou densité 27,3; c'est au choix.

La formule chimique doit être quelque chose comme Hg2 Sb2 O7,

Un oxyde mixte de mercure et d'antimoine. Il n'y a aucune raison pour qu'un tel produit ait une densité aussi élevée.

Suivent un tas de valeurs aussi étranges que bizarroïdes : la température isotopique ! Jamais entendu parler d'une caractéristique ayant un tel nom.

- Mais à quoi ça sert ce produit ?

- Les anneaux d'accélération du CERN près de Genève sont enduits de ce produit intérieurement !

Ce produit rentre dans la fabrication de détecteurs infrarouges équipant les missiles antimissiles performants !

Le mercure rouge se vend en cruches de 36 kg, comme le mercure.

Pour l'instant il y a trois cruches dans une banque à Genève.

Le prix de vente est de l'ordre de 270 US$ le gramme, mais le prix du marché est aux environs de 420 US$ le gramme.

A ce moment vous avez les yeux qui font $$ comme l'Onc'Picsou.

Alors vous vous renseignez pour savoir si ce produit figure dans une liste quelconque de matières soumises à réglementation particulière pour matières stratégiques. Non, ce produit n'est connu dans aucune liste. Il est donc possible de commercer librement avec ce produit.

Et le plus fort c'est que vous trouvez des clients :

- Il m'en faudrait deux cruches par semaine !

- Mais qu'est-ce que vous allez en faire ?

- En Afrique c'est très demandé pour faire des gris-gris au pouvoir merveilleux. Tel roitelet local africain en a le monopole de la fabrication dans son pays. Il a fait installer un spectrographe de masse dans les sous sols de son ambassade pour analyser le produit, et puis il y a plein d'autres applications.

D'ailleurs la C.I.A. en a acheté douze cruches. Et la C.I.A. c'est une référence.

Le scénario de vente est assez complexe :

Vous devez faire le dépôt du montant de la somme dans la fameuse banque suisse. Là, vous êtes censés recevoir un échantillon pour analyse de chaque cruche, si vous n'avez pas contesté l'analyse dans les deux jours suivants, vous êtes réputés être d'accord sur l'analyse et la transaction est acquise.

Visitant une mine de mercure et l'usine de traitement du minerai, je demande :

- Faites - vous du mercure rouge ? Parce qu'il semble qu'il y ait un marché pour cela.

- Ah vous autres Occidentaux vous nous demandez toujours du mercure rouge, mais ici nous ne fabriquons pas ce produit, c'est très complexe !

Un jour j'ai pu me procurer un échantillon, sans avoir besoin d'aller en Suisse. Je l'ai fait analyser dans un labo de recherche d'une société française bien connue, et pas dans les sous sols d'une ambassade à Paris.

Résultat : c'est bien du mercure rouge, c'est-à-dire de l'oxyde de mercure en poudre exactement celui que Lavoisier avait obtenu en faisant bouillir ce métal pendant trois semaines. Densité aux environs de 9. Prix marchand d'environ cent francs du kilo.

Là, vous devenez complice d'une escroquerie pure et simple, et vous avez intérêt à arrêter vite fait toutes les discussions que vous aviez pu mener.

Je rencontre le patron d'un grand complexe ex-soviétique de production, d'or, d'uranium, de terres rares et autres babioles. Je lui demande :

- Produisez-vous du mercure rouge ?

- Vous savez le mercure rouge c'est une escroquerie pure et simple montée par quelques uns de nos techniciens et des commerçants occidentaux indélicats. Le mercure rouge n'existe pas.

Cette histoire racontée ici manque un peu de sel. Mais avoir vu des gens qui ont l'impression de vivre sur une mine d'or et toutes les argumentations qui en sont sorties : vous avez beau ne pas y croire, vous avez du mal à imaginer une escroquerie aussi gigantesque. Les gens en cause ont des diplômes et des curriculum vitae impressionnants. C'est de l'arnaque très bien montée et qui perdure.

Il m'a été proposé de nouveau du mercure rouge fin 1993. Ca a la vie dure.

Il semble que Sadam Hussein ait acheté une bonne quantité de mercure rouge, ça lui a coûté un paquet de dollars dans l'objectif d'accroître l'efficacité de ses missiles. Il vaut mieux qu'il ait investi dans ce produit de rêve qu'en autre chose !

Il y a tout de même une morale dans la vie.

Dans la foulée du mercure rouge, d'autres produits moins irréels quant à leur existence sur la classification de Mendéléev, mais tout aussi farfelus quant aux applications, aux quantités et aux prix sont proposés.

La science et les quantités produites pour rien, font rêver.

 

La Suite

Revenir à la Table des Matières



([1]) Le mercure pour baromètres a une densité de 13,6 ce qui est élevé, celle de l'uranium est voisine de 20.